Le 820th AEB en Belgique

dimanche 24 juin 2012


Le 820th Aviation Engineer Batallion (AEB) est activé aux USA le 15 mars 1942 et est placé sous les ordre du Lieutenant Colonel T. J. Trumbull. Le 14 aout de la même année, ses premiers éléments débarquent en Angleterre, ils y construiront 16 aérodromes.
Lors du DDay, le bataillon participe aux hostilités afin de permettre une construction rapide des premiers aérodromes. Néanmoins, il ne pu débarquer comme prévu le 06 juin : les embarcations prirent du retard dans la zone de transit, et les premiers hommes mettront finalement pied sur Omaha Beach vers 16h30. Un obus allemand éclatera à quelques mètres de leur rhino ferry blessant ainsi de nombreux engineers, endommageant le matériel et l’embarcation. Les hommes se replièrent alors sur un LST pour y passer la nuit. L’ensemble du bataillon ne débarquera que le lendemain matin. Sa première tâche sera la construction d’un aérodrome à Cricqueville-en-Bessin, l’endroit sera finalement libéré le 09 juin et le bataillon se rendit sur place pour commencer le chantier, en attendant les divers véhicules lourds qui arriveront, eux, les jours suivants. L’aérodrome sera rendu opérationnel le 17 juin et cela grâce à des journées de travail éreintantes de parfois plus de 18 heures ! 






 Détail de l'immatriculation d'un Dodge type WC51 attribué au 820th Aviation Engineer Batallion. Le chiffre 9 rappelle son rattachement à la 9th USAAF.

Après cette première mission accomplie, le 820th construira et rénovera 7 autres aérodromes en France avant d’entrer en Belgique début septembre. Après la libération de la ville de Florennes et de son aérodrome, construit par les Allemands de 1942 à 1943 afin de combler la faille opérationnelle de défense de la Luftwaffe entre Saint-Trond et Athies-sous-Laon, par la 9th Infantry Division, le 820th AEB arrive sur place le 09 septembre et commence les réparations des installations, gravement endommagées par les combats et les différents bombardements. Les Aviation Engineers permettront au premier B-24 allié d’atterrir le 11 septembre et de rendre l’aérodrome, baptisé A-78, opérationnel.

 Deux géomètres du 820th AEB s'occupent de relever les niveaux des pistes afin d'assurer leur reconstruction. En effet, les bombardements alliés ont lourdement endommagé les infrastructures et les engineers doivent les remettre le plus vite possible en état afin de permettre aux premiers B-26 d’atterrir.

Après cette nouvelle mission, le 820th continuera de travailler à travers la Belgique et relèvera le 862nd AEB à Liège/Bierset fin novembre 1944. Cette affectation leurs voudra de se retrouver en première ligne de la bataille des Ardennes ! Mi-décembre, les unités du 820th AEB sont dispersées dans la zone de Malmédy/Stavelot pour y établir des roadblocks. Equipés seulement d’armes légères, ils contiendront une partie de l’avancée allemande de par leur courage mais également leur travail d’engineer.
Le 820th finira la guerre en Allemagne, comme de nombreuses autres unités, par delà la Roer et le Rhin. Le premier large rapatriement de ses hommes aura lieu le 01 octobre 1945. Au total, le bataillon aura construit 16 aérodromes en Angleterre, 10 en France, 8 en Belgique et finalement  7 en Allemagne pour permettre la victoire.

 Cette Flight Nurse, "Winged Angel" de l'USAAF, profite d'un moment de répit et d'un brin de soleil pour prendre la pause devant une des ambulances de l'aérodrome A-78. Le programme d'Air Evacuation permettra de sauver plus de 1,172 million blessés et malades en les transportant vers un nouvel hôpital, un autre théâtre d'opérations voir vers les USA. A bord de C-46, C-47 et C-54 transformés en hôpitaux volants, elles feront non seulement preuve de compétence, de dévotion mais aussi de courage.

C’est en participant à l’Airshow de Florennes ces 23 et 24 juin qu’une petite partie de notre groupe avait décidé de mettre à l’honneur le 820th Aviation Engineer Batallion mais également les Flight Nurses du programme d’Air Evacuation. Ces petites unités, trop souvent oubliées, ont joué une grande part dans la victoire finale sur l’Allemagne, de par leur apport en infrastructures, matériels, transports et… Une petite digression sur notre thème de base, les Special Forces, était donc de mise pour les mettre à l’honneur lors du 70ème anniversaire de la base aérienne de Florennes !

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire